top of page

L'eau, un outil majeur en naturopathie


Pourquoi notre corpos en a tant besoin ?



Au cours d'une journée, notre corps élimine physiologiquement environ 2.5 litres d'eau via :

  • la peau (transpiration) : 0.6 l

  • les poumons (vapeur expirée) : 0.3 l

  • les selles : 0.1 l

  • les urines : 1.5 l


Et comme il ne peut pas la stocker, il est impératif de lui en apporter régulièrement pour pouvoir fonctionner ! Notre corps génère lui-même 0.3 litre d'eau par jour (métabolisme), nous devons donc apporter les 2.2 litres restants par ce que nous ingérons, soit en moyenne : 0.7 litre via les aliments (fruits et légumes) et 1.5 litre par la boisson.


Mais par n'importe quelle boisson ! C'est d'EAU dont il a besoin ! Alors oui, un thé ou un café dans la journée pour se réchauffer, se faire plaisir ou discuter avec un collègue mais nous devons majoritairement boire de l'eau "pure" tout au long de la journée, et surtout en dehors des repas !


Un manque d'eau peut entrainer divers symptômes comme la fatigue, des troubles digestifs, des troubles de la concentration, des crampes, une peau sèche, une baisse de tension, des vertiges...


Quelle eau choisir ?


Nous devons boire environ 1,5 litre d'eau par jour pour combler nos besoins physiologiques.

Cette eau va servir à hydrater nos cellules mais également à drainer, transporter les « déchets » de ces mêmes cellules vers l'extérieur du corps.

L'eau doit donc être la plus neutre et la plus pure possible pour pouvoir se charger d'éléments et les emmener avec elle.


L'eau du robinet est contrôlée par les Agences Régionales de Santé (ARS) selon un protocole précis ordonné par le ministère de la santé (50 paramètres). Sa qualité varie suivant les régions et selon les périodes de l'année. Des traces de toxiques sont parfois constatées.


« Le risque entraîné par les pesticides est celui d'une exposition sur le long terme ou à des stades cruciaux du développement de l'organisme, à des doses très faibles mais répétitives et avec des interactions possibles entre différents pesticides. Les risques suspectés, sans qu'ils aient pu être formellement démontrés à ce jour, pourraient être notamment des cancers (leucémies, entre autres), des troubles du système nerveux ainsi que des troubles de la reproduction. » selon l'association Que Choisir.

Je vous conseille donc de surveiller régulièrement la qualité de l'eau du robinet dans votre région.

Elle reste la source d'eau potable la moins chère !

Pour ma part, j'utilise un système de filtration complémentaire. Il en existe des plus ou moins performants (de la filtration à la purification) et plus ou moins chers selon les cas. Faites une étude précise en fonction de vos besoins.


Les eaux minérales ne doivent pas être bues quotidiennement. En effet, elles sont riches en minéraux (regardez la quantité de « résidus à sec » sur l'étiquette) ce qui demande un gros travail de filtration par vos reins. De plus leur impact écologique est fort. En revanche elles sont intéressantes dans le cadre de certaines cures.



Et l'eau de la douche ?



Nous avons vu que la qualité de l'eau et la quantité que nous ingérons sont primordiales pour notre santé.

L'eau utilisée "en externe" via la douche, le bain, le hammam, le sauna... est également un outil majeur en naturopathie.



Rappel: L'eau est le principal constituant du corps humain : 65% de la masse d'un adulte en moyenne 
(75% chez un bébé / 45% chez les personnes âgées) 


1. Si l'eau de la douche est bien chaude elle aura comme vertus :

  • la détente musculaire ;

  • l'apaisement ;

  • le réconfort par l'activation du système nerveux "parasympathique" ;

  • l'élévation de la température corporelle par dilatation des vaisseaux sanguins et lymphatiques superficiels activant la circulation générale ;

  • l'ouverture des pores de la peau facilitant l'évacuation de certaines toxines.


2. Si l'eau de la douche est froide elle aura comme vertus :

  • le réveil,

  • la stimulation,

  • la revitalisation du corps par l'activation du système nerveux "sympathique";

  • la baisse de la température périphérique suivie de l'augmentation importante de la "thermogenèse" (combustion des graisses et des sucres) pour réchauffer le corps;

  • la stimulation et le renforcement des glandes surrénales (réaction d'adaptation du corps) ce qui améliore la résistance face au stress !


Attention, une douche froide se pratique sur un corps chaud et doit provoquer une réaction chaude 

3. La "douche écossaise" qui alterne chaud et froid cumulera les vertus des douches chaudes et froides en stimulant notamment très fortement la circulation des liquides (sang et lymphe) entre l'intérieur du corps et la périphérie, ce qui facilitera les échanges entre les cellules et aussi dans chacune des cellules.


On peut commencer à pratiquer la douche écossaise en terminant simplement sa douche par un jet d'eau froide "supportable" sur les pieds. Avec l'habitude, on appliquera le froid sur les mollets puis les cuisses, le périnée, le ventre jusqu'à mouiller tout le corps !



L'utilisation du chaud et du froid en naturopathie se fait dans le cadre d'une cure conseillée par votre naturopathe, de manière individualisée, en fonction de votre tempérament et surtout de votre niveau de vitalité du moment ! Il existe des contre-indications à certaines pratiques. 
En cas de coute, demandez conseil à votre médecin. 

 

Pour des conseils personnalisés prenez rendez-vous avec votre naturopathe préférée. Ces conseils ne remplacent pas une consultation médicale si nécessaire. Un bon naturopathe ne vous demandera jamais d’arrêter un traitement en cours, il ne soigne pas et ne donne pas de traitement.


64 vues0 commentaire
bottom of page